Skip to content

“Jeunes rêveurs, fils d’un père rêveur”: Message aux jeunes du MSJ 2012

1 febbraio 2012

Mes très chers enfants,
Très chers Jeunes du Mouvement Salésien des Jeunes,

Je vous écris comme père et ami, par l’intermédiaire de mon neuvième Successeur.
J’ai encore dans ma mémoire et dans mon cœur la rencontre que j’ai eue avec vous à Madrid, le 17 août, dans la grande cour de l’Institution Salésienne d’Atocha. Une expérience sûrement inoubliable au niveau de l’émotion, mais surtout très significative au point de vue salésien. Je me suis réjoui en voyant votre sens de la responsabilité, votre fierté d’être des jeunes engagés pour vivre votre foi. J’ai admiré votre désir de bien mener votre vie, selon le projet de Dieu et le rêve que vous gardez dans votre cœur. J’ai été ému en vous voyant prier et accueillir la Parole avec joie. Ce fut un enchantement que de vous regarder, plongés dans le silence pour adorer Jésus Eucharistie. À la lumière de tout cela, votre joie m’a semblé encore plus belle, plus pure, plus contagieuse. Je me suis réjoui aussi de voir au milieu de vous, avec tant de jeunes animateurs, de nombreux Salésiens et Salésiennes. Parmi ceux-ci, divers Provinciaux, Délégués et Déléguées de la Pastorale des Jeunes. Voilà leur place ! Présents et attentifs à votre vie, à vos désirs et, en même temps, fidèles accompagnateurs de votre croissance et de votre cheminement spirituels.  … Chers jeunes, vous savez combien vous me tenez à cœur. Je pense toujours à vous dans le Seigneur et je pense toujours à vous dans cette grande famille qu’est l’Église. C’est pour cela qu’il m’est cher de conclure mon message avec quelques pensées que le Pape Benoît XVI a exprimées dans un de ses messages de Noël. Il me semble que ses paroles tracent pour nous tous un chemin, un itinéraire, un projet de vie.
S’adressant à la Curie vaticane, le Saint Père s’est référé aux JMJ 2011 de Madrid, comme à « une forme nouvelle, rajeunie d’être chrétiens ». Et de ces Journées Mondiales de la Jeunesse, il a voulu précisément souligner  cinq aspects principaux qui ont caractérisé cet événement inoubliable. Ils peuvent constituer cinq pistes pour annoncer  le Christ et témoigner de lui aujourd’hui, dans un monde qui semble fatigué et semble n’avoir rien à faire de la proposition chrétienne.
Le premier aspect : La participation de jeunes provenant de toutes les parties du monde, dans la diversité des races, peuples, langues et cultures, a mis en évidence « une expérience nouvelle de catholicité, de l’universalité de l’Église » qui fait découvrir que nous sommes tous frères et sœurs, unis en une seule famille, touchés par l’unique Seigneur, Jésus, et partageant une liturgie commune. Ceci n’est pas une idée mais bien une expérience réelle.
Le second: l’engagement généreux et joyeux de milliers de volontaires a mis en relief cette nouvelle manière d’être hommes, d’être chrétiens. « Exister pour les autres est une belle chose ». La vie et le temps trouvent leur pleine signification  quand ils sont donnés librement, quand on ne les garde pas pour soi.
Le troisième: le silence intense devant le Saint Sacrement, en attitude d’adoration, est l’expression de la foi en cette source de spiritualité, qui donne l’énergie pour offrir sa propre vie. Le Seigneur Ressuscité est présent partout, mais de manière spéciale dans l’Eucharistie.
Le Quatrième: s’approcher du Sacrement de Pénitence a montré que, tout en étant créés par Dieu et donc destinés à atteindre la plénitude de vie qui provient de l’Amour, nous expérimentons en nous la force du mal qui nous entraîne à l’égoïsme dans ses formes les plus variées. Cette condition nous rend conscients que nous avons besoin du pardon, pardon qui est également signe de responsabilité.
Enfin: la joie, qui provient de la foi, de la certitude d’être voulus, accueillis, chéris, aimés de Dieu, de Quelqu’un qui nous dit : « il est bon que tu sois ici », de Quelqu’un qui a pensé à nous et a un projet pour nous.
En résumé, la « nouvelle évangélisation » est un appel à exister pour les autres, à adorer Dieu, à obtenir son pardon, à se confier à son amour. Voilà le chemin qui mène à la joie.
Mes chers amis, je vous adresse mes salutations les plus affectueuses ! Tandis que vous pensez à moi, sachez que moi aussi, je pense à vous. Je vous porte dans mon cœur, le lieu où j’accueille les personnes qui me sont le plus chères. Je me souviens de vous et je vous soutiens de ma prière auprès de Jésus, afin que vous soyez son image, faisant de votre vie un don. C’est ainsi seulement que vous rencontrerez le bonheur, la joie d’un rêve qui, vous ouvrant tout grand au Mystère de Dieu, vous permettra de naviguer vers des eaux limpides et profondes, vers cette plénitude de potentialités que Dieu a depuis toujours semées dans nos cœurs.
Avec l’amour d’un père.
Rome, 31 janvier 2012

 
Votre don Bosco

Pour lire le texte en entier:  Message aux Jeunes du MJS 2012

No comments yet

Lascia un commento

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...

%d blogger cliccano Mi Piace per questo: